Actualité

« La vaccination risque d’entraîner une catastrophe mondiale sans égale »

Ce n’est pas l’affirmation apocalyptique d’un de ces fervents supporteurs de la théorie du complot, mais d’un virologue de réputation mondiale. Dans une lettre publiée dans le journal français France Soir le 15 mars et republiée le 16, Geert Vanden Bossche Ph.D,  virologue indépendant et expert vaccinal, demande à l’OMS et à toutes les parties prenantes concernées, de déclarer immédiatement des mesures telles que l’urgence sanitaire de santé publique la plus importante dans l’intérêt international.

S’adressant à toutes les autorités, scientifiques et experts de la planète, ainsi qu’à la population mondiale, M. Bossche , qui dit mettre en jeu sa réputation et sa crédibilité, lance un débat sur les conséquences néfastes d’une nouvelle « évasion immunitaire virale ». Il estime que l’ampleur sans précèdent des interventions humaines dans la pandémie de Covid 19 risquent d’entraîner une catastrophe mondiale sans égal.

Il affirme que le type de vaccins prophylactiques, actuellement utilisés, sont complètement inappropriés, et même très dangereux, lorsqu’ils sont utilisés dans des campagnes de vaccination de masse pendant une pandémie virale.

Alors que l’on peut à peine faire des déclarations scientifiques incorrectes sans être critiqué par ses pairs, il semble, soutient M. Bossche, que l’élite des scientifiques qui conseillent actuellement les dirigeants mondiaux préfère garder le silence. 

Il explique, plus loin que, la suppression de l’immunité naturelle, en particulier dans les groupes d’âge plus jeunes, peut donc devenir très problématique. Il ne fait aucun doute que le manque d’exposition dû à des mesures de confinement rigoureuses mises en œuvre dès le début de la pandémie n’a pas été bénéfique pour maintenir le système immunitaire inné des gens bien formé. De plus, soutient-il la vaccination de masse de personnes âgées améliorera considérablement les taux de morbidité et de mortalité dans les groupes d’âge plus jeunes. Plus le groupe d’âge ultérieur sera vacciné et, par conséquent, protégé, plus le virus est forcé de continuer à causer des maladies dans les groupes d’âge plus jeunes. Plus les variantes deviennent infectieuses (c.-à-d. en raison du blocage de l’accès du virus au segment vacciné de la population), moins le vaccin protégera. C’est ainsi que nous transformons actuellement les vaccins en porteurs asymptomatiques qui excrètent des variantes infectieuses.

La solution demeure, pour le virologue, de grandes campagnes de vaccination. Toutefois, l’alternatif serait les vaccins à base de cellules NK capable de permettre principalement à notre immunité naturelle d’être mieux préparées et d’induire l’immunité du corps (ce qui est exactement le contraire de ce que font actuellement les vaccins Covid-19, car ceux qui transforment de plus en plus les receveurs de vaccins en porteurs asymptomatiques qui excrètent le virus). Il ne reste donc pas une seconde, selon M. Bossche, pour que les engrenages soient modifiés et pour remplacer les vaccins tueurs actuels par des vaccins vitaux.