Actualité

Parcs de loisir : La CAP renouvelle sa demande pour un audit complet de toutes les installations

Suite à l’accident ayant coûté la vie à un utilisateur d’une tyrolienne dans un parc de loisirs, la Consumer Advocacy Platform (CAP) renouvelle sa demande faite en novembre 2019 à la Tourism Authority pour un audit complet de toutes les installations, Tulawaka, tyroliennes et autres Canyon Swing, en vue d’assurer les utilisateurs de la fiabilité de ces installations.

Mosadeq Sahebdin, président de la CAP, que celle-ci avait fait cette demande après qu’elle ait mené une enquête sur certains parcs de loisirs et auprès des autorités concernées suite à l’accident grave dont avait été victime une touriste indienne au Casela World of Adventures. De plus, la CAP avait demandé au ministère du Tourisme une législation en vue de la promulgation de règlements exigeant la conformité et la soumission de ces installations à des tests réguliers de conformité.

Ces demandes de la CAP étaient motivées par la confirmation obtenue de la Tourism Authority à l’effet qu’il n’existait pas, sous la Tourism Authority Act 2006, des règlements exigeant des opérateurs de parcs d’attraction que leurs installations soient certifiées par un bureau de normalisation ayant les compétences appropriées. La Tourism Authority, qui a répondu, après trois mois, aux demandes d’explications de la CAP, adressées au ministère du Tourisme, que les parcs d’attractions ne sont pas réglementés sous la Tourism Act 2006. De plus, cette autorité avait confirmé que les tyroliennes et autres Canyon Swing ne sont pas des activités pouvant faire l’objet d’une surveillance sous la loi.

La démarche de la Consumer Advocacy Platform faisait suite à l’accident au Casela World of Adventures, dans lequel une touriste indienne avait subi des dommages à la colonne vertébrale la contraignant de rentrer en son pays sur une civière. La CAP avait sollicité du ministère du Tourisme des explications sur une quelconque réglementation pour les installations des parcs de loisir. Celui-ci avait, par la suite, référé la demande de la CAP à la Tourism Authority.