Enquête

Problématiques des smartphones et appareils connectés

En vue de la Journée mondiale des droits des consommateurs, Consumers International a élaboré, à l’intention des consommateurs et des décideurs , une liste des problématiques liés à l’utilisation des smartphones et des appareils connectés.

Les produits connectés font tous partie de réseaux et de systèmes interconnectés plus larges, dans lesquels la vulnérabilité d’un seul élément peut compromettre l’ensemble. Ces dernières années, on a vu se multiplier les cyberattaques très médiatisées qui ont commencé lorsque des pirates ont accédé à des appareils de consommateurs non sécurisés. En 2016, une cyberattaque majeure a interrompu les services Internet à travers l’Amérique du Nord et l’Europe en s’en prenant à des imprimantes non sécurisées, des box wi-fi et des dispositifs de surveillance de bébés, permettant une propagation rapide du virus qui a infecté près de 65 000 appareils en moins de 24 heures.

En plus de l’interruption du service et du réseau, les appareils connectés non sécurisés menacent également directement la vie du consommateur. Des chercheurs ont montré qu’il était possible de pirater certains appareils et d’en prendre le contrôle à distance… Dans un exemple, ils sont parvenus à obtenir l’accès à un véhicule connecté et à contrôler le volant, le système de freinage et le verrouillage des portières.

Au chapitre de la confidentialité et de la protection des données, une étude globale des consommateurs datant de 2018 a montré que 52 % des utilisateurs étaient plus inquiets de leur vie privée en ligne qu’ils ne l’étaient l’année précédente.  Dans le même ordre d’idées, 43 % des personnes interrogées dans une autre enquête ont répondu qu’ils souhaitaient en savoir plus sur les données les concernant qui étaient collectées par l’intermédiaire de leurs appareils connectés, tandis que 47 % s’inquiétaient des vols d’identité. Il existe un risque inhérent en matière de confidentialité des données dès lors que des appareils sont capables de (et, de fait, sont conçus pour) communiquer les uns avec les autres et transférer des données de façon autonome à des tiers. Les objets qui composent un système connecté peuvent collecter des données ou des informations qui, en elles-mêmes, sont inoffensives mais, une fois rassemblées et recoupées avec d’autres informations, peuvent révéler des connaissances extrêmement précises sur un individu, ce qui entraîne un accroissement de la traçabilité et du profilage d’un utilisateur.

Pour ce qui est de la transparence, les consommateurs peuvent comprendre les fonctionnalités de leurs appareils, mais il reste un grand flou sur la manière dont leurs données sont collectées et utilisées, de même que le rapport de ces données avec le modèle d’affaires de l’entreprise. Une étude réalisée par 25 organismes de réglementation internationale a montré que 59 % des appareils n’expliquaient pas de façon adéquate aux clients comment leurs informations personnelles étaient collectées, utilisées et divulguées. Deco Proteste, membre de Consumers International au Portugal, a organisé des achats de téléviseurs connectés en caméra cachée dans des magasins. Il a ainsi été découvert que les consommateurs ne recevaient aucune information préalablement à l’achat sur la manière dont ces appareils collectaient et utilisaient leurs données. Pourtant, accepter la politique de collecte des données du fournisseur est un impératif pour l’utilisation du téléviseur.

 

Laisser un commentaire